«

»

Nov 20

Ride Andros ou putsh ?

Deux versions d’un weekend en VTT dans le Diois :

Version 1 :

Un bon petit week-end avec les amis du Claix vtt dans le Diois on aurait pu intituler ceci le ride Andros tant nous avons roulé sur la neige, heureusement damée donc ça roulait pas trop mal, tout du moins pour la rando de samedi,

Aujourd’hui était une autre histoire on aurait croisé l’abominable que personne aurait été surpris, enfin aucune victime à déplorer tous les soldats sont rentrés à la base,

Je tiens à signaler que le gîte et le couvert était de qualité malgré la modique somme engagée 6€ par personne pour deux jours. Voili voilou je pense que tout le monde va faire de beaux rêves tonight.

Christophe

 

Version 2 :

Allez j’avoue, c’était un coup monté !

Samedi soir, Luc me dit : « tu as vu le blé qu’il y a dans ce club – il faut faire quelque chose. Et puis j’en ai marre de palper des corps flasques qui me tournent le dos en permanence, j’ai envie de palper du flouze et que les gens me regardent autrement. Je te propose que je prenne le pouvoir et toi tu t’occuperas de la caisse blindée de piécettes »

J’ai dit ok. Ni une, ni deux, on monte un plan que l’on imagine parfait !

L’idée est d’éliminer la concurrence et les prétendants au trône. Ainsi fait, le Club aurait été dépecé et vidé de sa trésorerie via une holding inscrite à Jersey. On aurait revendu la section route sur Leboncoin pour empocher également une belle plus-value, vu que c’est elle qui génère la monnaie et s’en mettre encore plein les poches.

La section Jeunes aurait été laissé à de bonnes volontés locales et on se serait accaparé sans remords la section VTT que l’on aurait transféré aux Bermudes pour vivre comme des nababs avec pleins de nanas à parcourir des singles de rêve sous le soleil plutôt que se geler les miches dans les contreforts du Vercors survolés par des vautours et croqués par des Patous. Pays de merde…

A nos yeux embrumés, le plan était génial. Toute la nuit, on a maté la carte et on a trouvé l’endroit parfait, un chemin en balcon où Ghislain et Didier auraient alors fait un mauvais pas de travers (Luc devait se charger de la manip).

Désorienté et affolé, le reste du groupe aurait été amené plus loin en forêt où il aurait été abandonné à son sort. Ainsi pas de témoins.

Mon rôle alors était de veiller à ce qu’aucun ne sème de cailloux pour retrouver son chemin. La nuit et le froid auraient fait leurs effets.

Vers 2h du mat, on met Jean Michel dans le coup. A sa charge d’effacer toutes traces de nos passages. Vu qu’il habite dans le coin, il avait le temps. Pourquoi vous pensez qu’il s’est pointé si tôt le dimanche matin ? Il était de mèche également.

Quant à Christophe, on s’est pas trop inquiété vu qu’il est toujours devant, il n’aurait rien vu de nos embrouilles. Et si il avait posé des questions au retour, un petit billet pour aller au Pari Sportif, et c’était dans la poche.

Et puis ça c’est pas fait. Arrivé au col, j’ai été pris de remords. J’ai convaincu Luc d’abandonner ce funeste plan avant de nous engager sur la joyeuse vire…

De rage, il est pourtant parti jeter un coup d’œil avant de renoncer également. Sage décision.

Vous avez échappé à une fin terrible, croyez-moi !

Allez, Ghislain président !

Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>